Territorialisation




La Fondation JDB développe une démarche visant à faire évoluer les comportements des jeunes vis-à-vis des risques pour leur santé, pour, à plus ou moins long terme, réduire divers problèmes de santé et, en particulier, certains cancers. Les projets s’inscrivent dans une approche d’éducation pour la santé, avec un cadre global d’accompagnement éducatif de l’enfant, associant transmission de savoirs, de compétences (savoir-faire) et d’attitudes (savoir être). Cet accompagnement ne peut se faire que dans la durée, avec la création de parcours éducatifs en santé, permettant d’intervenir à différents âges de notre public et selon ses besoins.

Pour prendre en compte la prévention dans sa globalité, et pas seulement dans un cadre très ponctuel, la Fondation JDB impulse une stratégie de maillage territorialisé impliquant notamment les réseaux territoriaux scolaires et socio-éducatifs dans leur ensemble. Il s’agit de mettre en place un projet de santé, avec les jeunes, en partenariat avec tous les acteurs de leur vie quotidienne, et ce, dans un bassin de vie. Il est alors possible d’agir au sein de leur environnement, dans leurs différents lieux de vie (écoles, centres de loisirs, associations locales, sportives, avec les parents, etc), en complémentarité et cohérence entre tous les acteurs territoriaux.

La santé est multifactorielle : environnement, contexte économique et social, comportements individuels, familials, etc. Ainsi, il est plus pertinent d’agir sur les divers facteurs impliqués dans les atteintes à la santé, au lieu de se focaliser sur un problème précis et d’essayer d’y remédier ponctuellement. La territorialisation permet ainsi de travailler avec les jeunes de façon globale,  non disparate et fragmentée. C’est pouvoir agir avec les jeunes dans leur environnement, afin d’être plus efficace en évitant de déconnecter les projets du quotidien.

Agir au sein d’un territoire permet également de suivre ce public jeune sur plusieurs années, afin d’avoir un parcours santé s’adaptant à leurs besoins selon leur âge et leur évolution. Pouvoir suivre ce public est également indispensable pour éviter les actions ponctuelles, une action de qualité ne pouvant se concevoir sans une continuité dans le temps et l’espace.

Le public concerné par le programme sont les jeunes de 10 à 13 ans d'un territoire, ce qui correspond aux écoliers de CM2 jusqu'aux élèves de 5èmes.   Ce choix de public nous permet notamment de travailler sur la liaison CM2/6ème, essentielle pour aborder plus sereinement les années collège.

Cette priorisation sera commune à tous les territoires, ce qui nous permettra non seulement une mesure d’efficacité et d’impact des actions, mais également de disposer d’un vecteur d’unité et de cohérence pour le programme de territorialisation.


Document à télécharger : Présentation du projet "Territorialisation" (904Ko)


©Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives